Arcane Experience

Comment traiter le sujet du handicap en entreprise ?

LE HANDICAP EN FRANCE : UNE RÉALITÉ SOCIALE

Le traitement des personnes en situation de handicap au sein d’une entreprise est un sujet majeur. Et pour preuve, selon l’OCIRP, 12 millions de personnes sont touchées par un handicap en France. En détail, ce sont 1,5 millions de personnes qui ont une déficience visuelle. 850 000 français ont quant à eux une mobilité réduite. Des chiffres qui parlent d’eux-mêmes et démontrent la nécessité d’aborder le sujet du handicap en entreprise de la meilleure façon. L’objectif étant d’améliorer les connaissances et la sensibilisation de chacun, pour rendre plus inclusives les entreprises. En France, les sociétés de plus de 20 salariés doivent employer des personnes en situation de handicap. Tout cela dans une proportion de 6% de l’effectif total. Mais certaines initiatives vont bien plus loin. 

LES ENTREPRISES QUI AGISSENT

Bien au-delà des obligations, nombreuses sont les entreprises ayant décidé de faire du handicap, un sujet majeur. Qu’il soit physique ou mental d’ailleurs.

STMicroelectronis, développeur de puces électroniques Franco-italien a mis en place il y a quelques années un véritable programme de sensibilisation des salariés valides à la question du handicap. Ceci grâce à diverses animations ludiques et digitales. L’initiative a été récompensée du prix de l’innovation managériale. Parallèlement, ce sont environ 500 personnes en situation de handicap qui travaillent pour l’entreprise. Notamment grâce à l’adaptation de leurs formations aux handicaps des postulants. 

De son côté, le groupe BOSCH a décidé de sensibiliser les ressources humaines et les managers ! Comment ? En simulant des entretiens d’embauche avec de faux candidats présentants de véritables handicaps psychiques. L’objectif ? Lever les craintes à l’embauche en permettant aux managers de sensibiliser leurs équipes en transmettant les valeurs de la marque. Ça n’est pas la seule initiative prise par la multinationale allemande ! Elle fait aussi appel à des associations (ex : Starting-Block) pour sensibiliser ses collaborateurs, notamment grâce à des journées dédiées. 

Le groupe Derichebourg Multiservices (opérateur de services aux entreprises et à l’environnement) a opté pour une solution différente mais tout aussi pertinente : faire appel à des ambassadeurs. Régulièrement, des athlètes paralympiques interviennent au travers d’ateliers pour partager leur expérience sur le dépassement de soi. 

Vous l’avez compris, il existe quasiment autant de façons de sensibiliser et de lutter contre la discrimination au handicap que d’entreprises. Pour les grandes structures, il est plus aisé de proposer ce genre d’initiative. Mais ça ne l’est pas forcément pour les start-ups et PME. Chez Arcane, nous avons développé des solutions adaptées à toutes les tailles de structure. 

LE SUJET DU HANDICAP CHEZ ARCANE

Ce sujet nous tenant à cœur, la plupart de nos Criminal Quests sont jouables par des personnes atteintes de handicaps physiques ou mentaux. Cependant, ces derniers mois, nous avons décidé d’aller plus loin. Nous avons développé « Follow The Brain », un team-building autour des biais cognitifs en partenariat avec Handi’réseau. Handi’Réseau est un activateur d’intégration qui élabore des solutions concrètes, novatrices et 100% adaptées aux personnes en situation de handicap. Ils accompagnent leurs clients dans l’élaboration et la mise en œuvre de politiques en lien avec le handicap grâce à des formations, des plans de communication ou encore des événements. Leur spécialité ? L’éthologie, c’est à dire la biologie du comportement. 

Pourquoi une activité autour des biais cognitifs ? Encore aujourd’hui, le handicap invisible s’avère difficile à appréhender pour la plupart des gens. Développer ce jeu nous permet de mettre en lumière ce type de handicap. De plus, nous avons tous des biais cognitifs qui faussent notre jugement sur autrui. C’est ainsi que notre perception sur les personnes en situation de handicap est peu à même d’évoluer si nous ne prenons pas conscience de nos propres freins mentaux qui ajoutent un handicap sur le handicap.

FOLLOW THE BRAIN

Dans notre enquête policière dédiée, nos participants jouent le rôle d’enquêteurs de police et sont assistés par un éthologue de génie (à l’image de Patrick Jane dans la série Mentalist). Ce dernier leur sera d’une grande aide pour décrypter les biais cognitifs des différents suspects et comprendre les interactions entre les personnages afin de découvrir le coupable du crime. 

En entrant dans la tête et dans les émotions des protagonistes, les joueurs pourront mieux appréhender leurs biais cognitifs.  

Prenons un exemple de biais cognitif : le biais de négativité est une tendance naturelle qui dit qu’à conséquences similaires, un élément négatif aura un plus grand impact qu’un élément positif. L’enjeu est de comprendre qu’un élément négatif retient plus l’attention qu’un élément positif. Dans « Follow the brain », le directeur de la banque exagérera sa part de responsabilité dans le vol car il n’aura retenu que le fait que 3 des 5 banques dans lesquelles il a travaillé se seront faites cambriolées. Notre éthologue expliquera aux joueurs que cette information n’est pas un indice fiable puisque les casses de banque sont fréquents.

Au bout d’une heure, les participants pourront mieux appréhender les personnes qui les entourent ainsi que leurs propres biais cognitifs. Si vous souhaitez en savoir plus sur ce team-building, vous pouvez nous contacter

Finalement, les solutions pour faire tomber les préjugés en entreprise sur les personnes en situation de handicap sont nombreux. Chaque entreprise doit trouver la meilleure façon de le faire, la solution la plus adaptée à ses besoins. 

Si un certain travail reste à faire, notamment vis-à-vis du handicap invisible, il est important de souligner l’avancement de ces 10 dernières années sur ce sujet.